INFORMATIONS SENIORS.

Recrutement au sein de l'US Réquista.

A la rencontre de... Yves Bonnefous !

Aujourd'hui, nous rencontrons Yves Bonnefous, joueur de l'USR dans les années 1980.

 

Bonjour, pouvez-vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis Yves Bonnefous. J’habite toujours Villefranche de Panat où j’ai repris l’entreprise familiale. J’ai 59 ans, je suis marié à Isabelle, réquistanaise, père de 2 filles Lisa et Emma et d’un garçon Hugo qui a fait ses premiers pas de footballeur à l USR et qui est aujourd’hui joueur à Onet le Château.

 

Quel était votre rôle au sein du club ?

Toutes mes années passées à l'USR l'ont été en tant que joueur.

 

Combien de temps êtes-vous resté au club ?

Je suis resté au club de 1984 à 1993.

 

Que représente à vos yeux l'USR ?

Je garde le souvenir d'un club familial par excellence. Un maillot rouge et noir avec un public hors norme, s'identifiant à des jeunes locaux qui vont défendre des valeurs bien ancrées dans tout le Sud de la France.

 

En quoi le foot d'avant était différent de celui d'aujourd'hui ?

Même si je n'aime pas les comparaisons, chaque génération à ses bons joueurs. Mais il est vrai que le foot aujourd'hui est plus rapide. Les conditions d'entraînement, la préparation des matchs ont changé également. À notre époque, il n'y avait pas de turn-over par exemple. Mais ce qui ne changera jamais (et qui faisait notre force), c'est l'exigence que l'on met individuellement et collectivement. Cette sensation d'avoir tout donné, de n'avoir aucun regret une fois le match fini, pour un jeu qu'on aime tous.

 

Quel est votre meilleur souvenir lié à ce club ? Et le moins bon ?

Parmi les très bon souvenirs, ce qui me revient en tête c'est la ferveur de Robert Fournier les soirs de match, que ce soit face aux clubs corses, Perpignan, Brive, Saint-Seurin… Avec en point d'orgue le match maîtrisé face à cette belle équipe du SC Bastia.

Les moins bons souvenirs quant à eux restent les éliminations en coupe de France.

 

Quel joueur/coéquipier/entraîneur/dirigeant vous a le plus marqué ?

Je ne saurais mettre en avant une personne, mais plutôt le club dans son ensemble. J'ai eu la chance de côtoyer des joueurs (et amis) talentueux, des dirigeants et des bénévoles toujours bienveillants. Je garde en mémoire des troisièmes mi-temps inoubliables.

 

Suivez-vous toujours l'actualité et les résultats du club ?

Bien évidemment, je suis les résultats, notamment à travers le site du club. Pour terminer, je voudrais vous remercier de m'avoir donné la parole pour ce petit voyage dans le passé. Au plaisir de se revoir pour vivre ce centenaire dans de bonnes conditions. En attendant, prenez bien soins de vous et de vos familles.

 

Nous souhaitions remercier chaleureusement Yves Bonnefous d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. Et nous vous donnons rendez-vous très vite pour une nouvelle interview.

Le siège social reste ouvert.

 

L’US Réquista a clôturé sa saison sportive 2019-2020, avec la fin de toutes les compétitions suite à la crise sanitaire que nous traversons.

Étant donné les circonstances actuelles, nous vous informons que notre siège social sera ouvert les samedi jusqu’à fin mai et que la prise de rendez-vous est obligatoire, par mail à usr2@wanadoo.fr. Toutes les mesures de sécurité seront prises pour vous accueillir.

 

Nous vous souhaitons à toutes et tous d’être en bonne santé et espérons vous retrouver très vite sur les terrains.

A la rencontre de... Emmanuel Vergnes !

Aujourd'hui, c'est Emmanuel Vergnes qui répond à l'interview décalée. Fils de rockstar et DJ à ses heures perdues, Emmanuel aurait très bien pu faire carrière dans la musique. Heureusement pour nous, c'est le virus du football qui l'a contaminé, le dotant d'une vision périphérique dont lui seul a le secret et faisant des ravages sur les terrains de foot et dans les salles des fêtes. Bonne lecture !

 

« Kicéceluila »

 

Si tu étais une couleur : Rouge

Si tu étais un animal : Tigre

Si tu étais un plat : La poule farcie de ma grand-mère 

Si tu étais un personnage historique : Jean Jaurès

Si tu étais un super-héros : Rocket des Gardiens de la Galaxie

Si tu étais un film : La ligne verte

Si tu étais une série télé : Peaky Blinders

Si tu étais une citation : C'est en voyant un moustique se poser sur ses testicules qu'on réalise qu'on ne peut pas régler tous les problèmes par la violence.

Si tu étais un club de foot : L'Olympique de Marseille et l'USR

Si tu étais une légende du foot : Francesco Totti

Si tu étais un ballon d'or : Ronaldinho

Si tu étais un joueur pro encore en activité : Toni Kroos

Si tu étais un but historique : La volée stratosphérique de Zidane en finale de LDC contre Leverkusen qui lui offre sa seule LDC.

Si tu étais un entraîneur : Zidane

Si tu étais un stade :  le Vélodrome

Si tu étais une musique d'avant match : « Martin Eden » de Nekfeu, pour le refrain

Si tu étais une musique pour entrer sur le terrain : « Independenza » d'IAM, version instrumentale

Si tu étais une musique d'après match : Le pilou-pilou de l'USR

Si tu étais un autre sport que le foot : Le kayak

Lire la suite

A la rencontre de... Jean-Marc Julia !

Pour débuter cette rubrique, nous sommes allés poser quelques questions à Jean-Marc Julia. Il fait partie des légendes qui oeuvrent encore pour le club. S'il a été un joueur phare de l'US Réquista quand le club était à son plus haut niveau, il est désormais entraîneur de l'équipe 1. Nous lui avons donc réservé un questionnaire spécial, avec des questions sérieuses et un « Céceluikidikilé » traversant les époques. Bonne lecture !

 

Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis Jean-Marc Julia, 58 ans, agriculteur à Saint-Jean Delnous. J'ai été joueur à l'USR et je suis désormais entraîneur de l'équipe 1 du groupe senior.

 

En quelle année as-tu commencé à jouer au foot ?

J'ai commencé à jouer au football à l'école de Saint-Jean Delnous en 1970.

 

Quel est le plus haut niveau auquel tu aies évolué ?

J'ai eu le plaisir de faire quelques matchs en D2 Nationale avec Toulouse. J'ai également connu la D3 avec Toulouse et Albi. Quant à l'USR, nous avons évolué en D4.

 

Quel est ton meilleur souvenir en tant que joueur ?

Plusieurs me viennent à l'esprit, mais il y en a vraiment deux qui ressortent. Le premier c'est le titre de champion de France en sport-étude avec Toulouse que l'on a gagné à Gerland. Et le second est, toujours avec Toulouse, la victoire au Tournoi International Junior de Colomiers contre le Real Madrid. Ce sont deux excellents souvenirs assurément.

 

Et le moins bon ?

Ma plus grande déception en tant que joueur reste le titre de Champion de France de D4 perdu face à Rennes.

 

Avais-tu un adversaire/un club que tu redoutais rencontrer ?

Non, aucun.

 

Pour quelles raisons as-tu eu envie de devenir entraineur ?

Pour être tout à fait honnête, le fait que je sois devenu entraîneur est un peu le fruit du hasard. Je n'avais pas vocation à le devenir, mais je l'ai fait pour rendre service à mon club.

 

Quel est ton meilleur souvenir en tant qu’entraîneur ?

Incontestablement, il s'agit de la première saison en DH avec des joueurs (qui étaient aussi des amis) incroyables.

 

Et le moins bon ?

Un certain match contre Saint-Affrique au Robert Fournier. Cela reste pour moi une déception énorme.

 

En quoi le foot d'avant était différent de celui d'aujourd'hui ?

Je ne pense pas que le foot d'avant soit fondamentalement différent de celui d'aujourd'hui. Il y a certes une différence dans la préparation et la façon d'appréhender les matchs, mais le jeu reste le même.

Lire la suite